Lutte contre la pullulation de campagnol terrestre

« Renforcer la vocation herbagère de l’Aubrac, l’autonomie des exploitations et ses bénéfices. »

Le campagnol terrestre est un rongeur souterrain des pairies d’altitude, principalement présent sur le Massif central et le Jura. Ses effectifs sont soumis à des variations cycliques avec des pics de pullulation, où les populations peuvent aller jusqu’à plusieurs centaines d’individus par hectare. Les campagnols créent des galeries et tumuli et mangent l’herbe par la racine. Dans une prairie pâturée, les dégâts sont conséquents et impactent fortement l’autonomie fourragère des exploitations d’élevage.

Les méthodes de lutte chimique ont eu des impacts importants sur la biodiversité, avec notamment des empoisonnements de prédateurs (rapaces, renards) qui consommaient régulièrement des rongeurs empoisonnés à la bromadiolone, molécule aujourd’hui interdite.

Le Parc naturel régional de l’Aubrac porte un projet d’expérimentation destiné à tester des méthodes de lutte collective et coordonnée, basées sur l’observation des populations de campagnols et l’intervention d’un piégeur salarié à plein temps.  Dans un premier temps, l’expérimentation se développe en collaboration avec un collectif d’agriculteurs de la CUMA de Sainte Geneviève/Cantoin. Elle a vocation à se poursuivre dans un second temps sur d’autres secteurs du territoire du Parc.

Cycle de pullulation du campagnol terrestre
Cycle de pullulation du campagnol terrestre

Surveillance et lutte collective

Le principe de cette expérimentation repose sur les résultats encourageants d’autres site de lutte par piégeage menées dans le Massif central (dont Volvic par exemple). 

  • Elle s’appuie sur la cartographie des cycles de pullulation réalisée avec l’application Arvicola-Obs qui est déployée par la FREDON Occitanie en Aveyron et Lozère. Arvicola-Obs est une application collaborative qui s’appuie sur un réseau de personnes effectuant une surveillance de l’évolution des populations de campagnols. Le Parc participe déjà à cette surveillance organisée sur le Cantal. Le piégeur salarié de la CUMA de Sainte Geneviève/Cantoin effectue ce travail de surveillance précoce de la dispersion et de la densité en campagnols à l’échelle de chaque parcelle sur le site expérimental.
  • La lutte est collective, dans le sens où les parcelles engagées sont proches les unes des autres et forment un réseau dense et cohérent, sans « dent creuse » qui pourrait servir de réservoir de campagnols risquant de se disperser sur les parcelles adjacentes.
  • La lutte est organisée en période de basse densité afin de prévenir l’explosion des populations par la limitation des individus reproducteurs.
  • Elle est basée essentiellement sur le piégeage mécanique des campagnols par un piégeur salarié à plein temps. L’expérimentation exclu l’utilisation du raticide « ratron ». Ce choix résulte d’une exigence du cahier des charges du programme de financement, ainsi que d’une demande affirmée du collectif d’agriculteurs de la CUMA de Sainte Geneviève/Cantoin.
  • Elle intervient également sur les taupes car leur présence favorise l’installation des campagnols, avec utilisation de PH3 sur les premières années et l’objectif à terme de s’en passer.
  • Elle prévoit aussi de favoriser les prédateurs naturels avec la préservation des populations d’hermine notamment, des restaurations éventuelles de haies, des installations de perchoirs à rapaces, etc… 
  • Des diagnostics de prairies naturelles, de leur place et de leur évolution possible à l’échelle des systèmes d’exploitations seront également réalisés pour rechercher une meilleure résilience.

Objectifs

Cette expérimentation qui a débuté en septembre 2022 à Argences en Aubrac est vouée à être étendue à un second collectif d’agriculteurs en 2024. La préparation de ce programme a nécessité une large concertation avec les organisations professionnelles agricoles qui sont régulièrement informées des avancées.

Financement

Le Parc a mobilisé des fonds du « Dispositif biodiversité » de la Région Occitanie. Il est conduit en concertation avec les organisations professionnelles agricoles : FDGDON Aveyron, FREDON Occitanie, Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, FDCUMA Aveyron, Conservatoire botanique du Massif central, élus locaux,…. Le Parc apporte à la CUMA un accompagnement technique, a organisé des formations pour le piégeur et les agriculteurs engagés dans cette démarche. Il a aussi monté le dossier pour obtenir les fonds.

Bilan de la première année d'expérimentation 2022-2023

  • Septembre-décembre 2022 : 2 485 campagnols et 260 taupes piégés. Jusqu’à 130 individus piégés par hectare. 2 sessions de formations avec le piégeur de Volvic. Achat du matériel de piégeage et d’un véhicule pour le piégeur.
  • Janvier-mars 2023 : 59 campagnols piégés, 465 taupes. En 2023, la pullulation s’est naturellement terminée, sûrement accentuée par la sécheresse de l’été précédent. Le piégeur s’est concentré sur les taupes, tout en attrapant 2 à 10 campagnols par hectare.
  • Eté 2023 : Suite à la surveillance de printemps, aucune colonie de campagnol n’a été identifiée. Le piégeur s’est concentré sur les taupes, lui permettant d’agir sur une surface plus importante.
  • Fin 2023 : le piégeage est ciblé sur les colonies de campagnols de nouveau actives, repérées grâce à la surveillance des parcelles. Pour être le plus efficace possible, des opérations collectives de piégeage pourraient être organisées en mobilisant les agriculteurs du service de la CUMA. C’est pendant cette période de basse densité qu’il faut intensifier le piégeage sur les secteurs actifs.
  • Deux interventions de Pierre-Marie Le Henaff, botaniste et chercheur au Conservatoire botanique du Massif central et membre du Conseil scientifique du Parc, sur les plantes indicatrices et la résilience des prairies.
  • Installation de 14 perchoirs à rapaces dans des secteurs dépourvus d’arbres ou de points hauts
  • Aucune utilisation de PH3 n’a été nécessaire cette année.
Lutte contre la pullulation du campagnol terrestre - Une expérimentation innovante à la CUMA de Saint Geneviève/Cantoin - PNR Aubrac
Lutte contre la pullulation du campagnol terrestre - Une expérimentation innovante à la CUMA de Saint Geneviève/Cantoin - PNR Aubrac

Poursuite de l'expérimentation

Le Parc a candidaté au Fonds vert de l’Etat pour accompagner la création d’un second collectif d’agriculteurs dans un autre secteur de l’Aubrac. Cette nouvelle expérimentation s’appuiera sur les enseignements de cette première période-test à Sainte Geneviève et reposera sur le même principe de lutte par piégeage collectif et coordonné, mais dans un contexte local différent. Un appel à manifestation d’intérêt pourra être ouvert à tous. Il faudra répondre à plusieurs conditions techniques, telles que rassembler 10 à 20 exploitations, avoir des parcelles contiguës et dans le périmètre du Parc, avoir la capacité d’embaucher un salarié,…  La création de cette seconde expérimentation sera confirmée à l’obtention du financement en début d’année 2024.

Période

  • Expérimentation de septembre 2022 à septembre 2025 pour la CUMA de Sainte Geneviève/Cantoin

Documentation

Financeurs

Partenaires

CUMA de Sainte Geneviève/Cantoin
Chambre d'Agriculture de l'Aveyron
FREDON Occitanie
FDGDON 12
VetAgro Sup Clermont-Ferrand

Agents

Ugolin Bourbon Denis
Ugolin BOURBON-DENIS
Chargé de mission Agro-Environnement
GOGUILLON Bertrand
Bertrand GOGUILLON
Chargé de mission Patrimoine naturel, biodiversité