generateur pdf
 

Pourquoi cette coopération ?

La finalité du projet est de favoriser les changements de comportement des agents économiques et de la population des aires protégées en Uruguay pour adopter des modes durables de production et de consommation, et ainsi contribuer à la protection du patrimoine naturel et culturel, à l’amélioration de la performance économique, à celle des conditions de vie et de la gouvernance des aires protégées. Le système des parcs naturels Uruguayens est bien différent du modèle Français : les aires protégées d’Uruguay sont en effet exclusivement orientées vers la protection de la biodiversité (faune et flore) et ne prennent pas encore en compte les activités économiques et le développement local des territoires.

Il faudra donc dans un premier temps changer de pratiques en associant davantage la population et en identifiant les besoins du terrain et les objectifs en termes de maintien des populations, de développement économique (valorisation des produits locaux)... Le projet de développement d’une marque propre aux dispositifs des aires protégées est aussi envisagé. Les Uruguayens ont pu apprécier le modèle Français en ce qui concerne l’important travail de mobilisation des acteurs locaux dans l’émergence d’un PNR en France, ainsi que la très forte exigence des filières qualités. De son côté, la délégation française a pu découvrir une filière viande très extensive, basée exclusivement sur l’herbe pâturée, mais totalement dédiée à un marché pour l’export.

Pourquoi le Parc naturel régional de l’Aubrac ?

Arnaud David, directeur, Vladimir SEGARD, chargé de mission agriculture et Silvia ESTEVEZ-SANTOS, chargée de mission énergie-transports-mobilité sont allés présenter la création et le fonctionnement du PNR de l’Aubrac.
Ils ont aussi détaillé le dispositif de développement de la marque « valeurs Parc », la filière agricole et les différents signes de qualités du territoire de l’Aubrac. La semaine a été jalonnée d’échanges avec des membres du système national des aires protégées en Uruguay (le SNAP), du ministère du tourisme, de la marque « Uruguay Natural », d’agriculteurs, de membres de l’institut national de la filière viande…
Les hôtes ont souligné des exemples intéressants qui pourront leur permettre de faire avancer leurs projets et espérer apporter une réelle valeur ajoutée aux produits et services issus de leurs Parcs.

Une suite de ce travail est envisagée, avec la venue d’une délégation Uruguayenne en Aubrac, pour leur faire découvrir la filière agricole et touristique.

Qui a payé ?

L’intégralité des frais liés à cette opération a été entièrement prise en charge par l’Agence française de développement. Le Parc naturel régional de l’Aubrac et ses partenaires n’ont donc pas financé ce voyage…